Chez Papy II
Bienvenue sur le forum.
Enrégistrez-vous pour pouvoir accéder aux parties cachées aux visiteurs.

L'alimentation du diabétique, un "régime" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'alimentation du diabétique, un "régime" ?

Message par victor le Lun 19 Mai 2014 - 10:00

L'alimentation du diabétique, un "régime" ?


Impossible pour une personne souffrant de diabète de maintenir une glycémie stable si elle n'adapte pas son alimentation. Pour autant, doit-on parler de régime strict ?

Le temps est aujourd’hui révolu où l'on recommandait un régime strict en cas de diabète, et c’est tant mieux. Cependant, l'alimentation constitue un véritable traitement, au même titre que l'activité physique et les médicaments. Surveiller son alimentation permet aux personnes atteintes de diabète d'éviter des variations importantes de leur glycémie et de prévenir l'apparition de complications cardiovasculaires, rénales ou ophtalmiques notamment. C’est ainsi que l’accent est mis sur une alimentation saine et équilibrée, faisant la part belle aux fruits et légumes riches en vitamines et minéraux, privilégiant l’utilisation de bons acides gras (huiles végétales de première pression à froid, avocat, noix, petits poissons gras) ainsi que les aliments riches en fibres, les céréales complètes (quinoa, épeautre, millet) ou encore les légumineuses (lentilles, pois chiches). De même, il est recommandé de manger du poisson au moins 2 ou 3 fois par semaine et de privilégier les viandes maigres, de boire de l’eau en quantité suffisante et d’éviter les boissons sucrées, grandes pourvoyeuses de sucre. Bref, le genre de régime qu’il faudrait conseiller à tout le monde !

Pour autant, il est des éléments auxquels le diabétique doit impérativement faire attention. Ainsi, il importe qu’il suive un rythme régulier, prenne 3 repas principaux agrémentés de l’une ou l’autre collation et qu’il évite de sauter des repas car c’est justement du fractionnement des repas que dépend un bon équilibre de la glycémie. En outre, chaque repas doit se composer de 40 à 50 % de glucides, 15 % de protéines et 30 à 45 % de lipides.

Il n’est pas interdit de consommer des sucreries pour autant que ce soit en quantité restreinte et de préférence à la fin d'un repas. En effet, les glucides contenus dans les aliments ne sont pas tous absorbés à la même vitesse. Les glucides, ce sont les différents sucres et amidons que l’on ingère. Ils sont convertis en glucose et influencent donc directement la glycémie (le taux de sucre dans le sang). Chaque aliment possède ainsi son propre index glycémique. Cette notion est fondamentale pour le diabétique et va lui permettre d’adapter son alimentation à ses besoins. L’index glycémique (IG) mesure la capacité d’un glucide à élever le taux de glucose dans le sang. Les glucides sont classés en trois grandes catégories : soit ils font grimper rapidement et fortement la glycémie (on dit alors qu’ils ont un IG élevé), soit ils ont peu d’influence et ont un IG bas, soit ils sont entre les deux et ont un IG modéré. L'index glycémique de référence est celui du glucose, il est égal à 100. A titre d’exemple, les frites ont un index glycémique élevé (75) alors que celui des lentilles vertes est de 30, les frites ont donc une plus grande capacité à libérer du glucose que les lentilles.


En outre, l’index glycémique d’un glucide n’est pas fixe. Il peut en effet varier en fonction d’un certain nombre de paramètres tels que l’origine botanique, le type (par exemple le pain blanc atteint des sommets alors que le pain intégral aux céréales a un IG relativement faible), le degré de mûrissement pour un fruit ou encore le mode de cuisson (l’IG des pâtes très cuites est sensiblement supérieur à celui de pâtes "al dente"). Etant donné leur IG généralement bas, les légumes, source indispensable d’antioxydants, sont vivement conseillés et peuvent être consommés sans modération.

Aujourd’hui, la technologie apporte une aide considérable aux diabétiques qui doivent adapter leur prise insulinique (qu’il s’agisse d’injections ou d’antidiabétiques oraux) en fonction de la teneur en glucides de leur assiette : des applications iPhone existent en effet qui reprennent la majorité des index glycémiques et simplifient considérablement la vie lors de sorties.


Véronique Van den Bossche
Conseillère en nutrition

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



avatar
victor
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 5111
Emploi/loisirs : Retraité

http://papyforum.xooit.be/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alimentation du diabétique, un "régime" ?

Message par victor le Lun 19 Mai 2014 - 10:10

Le diabète, kesako ?


Même si l'on estime à environ un million le nombre de Belges souffrant du diabète (un chiffre qui devrait encore augmenter dans les années à venir), même si la maladie n'est pas neuve, force est de constater que, dans la pratique, elle est encore fort mal connue et comprise.

De quoi s’agit-il donc ? Le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit plus suffisamment d'insuline ou quand le corps ne parvient plus à utiliser efficacement l'insuline qu'il produit. L'insuline, c’est cette hormone produite par le pancréas et dont le rôle est d'ouvrir la porte de nos cellules. Ce "Sésame ouvre-toi" agit comme une clé en permettant au glucose présent dans le sang de pénétrer dans les cellules qui pourront alors l'utiliser comme source d'énergie. Si la porte reste close, le glucose reste en circulation dans le sang. Il en résulte un déséquilibre dans l’organisme. Le glucose ne sert plus de carburant aux cellules. Il s’accumule alors dans le sang avant d’être acheminé dans les urines. La mécanique s’enraie, entraînant hyperglycémie (trop de sucre dans le sang) et nombreuses complications de santé.

On distingue plusieurs types de diabètes

Le diabète de type 1 (± 10 % des cas), une maladie auto-immune dans laquelle notre système immunitaire produit des anticorps qui détruisent les cellules bêta du pancréas productrices de l'insuline. Bien que la cause exacte de ce type de diabète ne soit pas connue, les chercheurs pensent qu’elle est le résultat de la contraction d’un virus ou d’une toxine environnementale. Ce type de diabète apparaît le plus souvent chez des personnes jeunes (enfants, adolescents ou jeunes adultes). Dans le langage courant, on l'appelle souvent "diabète sucré" ou encore "diabète juvénile". Les personnes qui en sont atteintes ont donc besoin d'injections quotidiennes d'insuline pour survivre: ce diabète est dit "insulinodépendant".

Le diabète de grossesse se manifeste, comme son nom l’indique, durant la grossesse, surtout au cours du troisième trimestre. Il ne touche pas plus de 2 à 4% des grossesses et, dans 90 % des cas, disparaît après l'accouchement. Cependant, il affecte à la fois bébé et sa maman, engendrant un risque de surpoids pour le bébé et, pour la mère, une fatigue excessive, des risques de type infectieux et de possibles complications au moment de l’accouchement.

Le diabète de type 2 est le plus répandu: il concerne 85 à 90 % des personnes diabétiques. Il se caractérise par une diminution de la sensibilité des cellules à l'action de l'insuline, comme si celles-ci "résistaient" à son action. Alors que ce type de diabète apparaît généralement après 40 ans ("diabète de la maturité"), on constate aujourd’hui qu’il se manifeste de plus en plus tôt et plus fréquemment dans certains groupes de personnes. Prédisposition génétique, excès de poids et manque d'exercice physique participent également à son apparition.

Si les symptômes d’apparition du diabète de type 1 sont plutôt soudains et manifestes (forte perte de poids, grande soif, grande fatigue, irritabilité, fréquent besoin d’uriner ...), le diabète de type 2 frappe de façon plus sournoise. La plupart du temps, il est diagnostiqué alors que le sujet en est atteint depuis quelques années. Malgré cette absence de symptômes, le diabète cause souvent des dommages irréparables aux vaisseaux sanguins principaux et risque d’entraîner par la suite certaines maladies dégénératives.

Outre un suivi strict des recommandations du diabétologue quant à leur prise insulinique (qu’il s’agisse d’injections ou d’antidiabétiques oraux), il importe aux personnes souffrant de diabète de suivre des règles de vie saine, c’est-à-dire veiller à avoir une alimentation saine et équilibrée, privilégiant les fruits et légumes ainsi que les aliments riches en fibres, à pratiquer une activité physique régulière (l'exercice physique contribue en effet à l'entretien d'un poids idéal et favorise l'utilisation du glucose par les tissus) ou encore à arrêter de fumer.

Véronique Van den Bossche
Conseillère en nutrition

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



avatar
victor
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 5111
Emploi/loisirs : Retraité

http://papyforum.xooit.be/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum