Chez Papy II
Bienvenue sur le forum.
Enrégistrez-vous pour pouvoir accéder aux parties cachées aux visiteurs.

Mes cheveux blancs, je les colore ou pas ?

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mes cheveux blancs, je les colore ou pas ?

Message par victor le Mar 9 Déc 2014 - 11:05

Mes cheveux blancs, je les colore ou pas ?


Quand les premiers fils argentés apparaissent dans la chevelure, c'est un cap... Que l'on décide de garder ses cheveux blancs ou de démarrer les colorations, cela ne s'improvise pas. La marche à suivre au cas par cas.

La nature est ainsi faite que certaines découvrent leurs premiers cheveux blancs à l'âge de 20 ans, tandis que d'autres conservent leur vraie couleur jusqu'à un âge avancé. Mais le constat est là : les coiffeurs voient apparaître des premiers cheveux blancs chez des personnes de plus en plus jeunes. « Je vois beaucoup de femmes de 25-35 ans qui ont 20 à 30 % de cheveux blancs. Il m'est même arrivé d'avoir dans mon salon des ados avec des cheveux blancs », remarque Barbara Wuillot, coiffeur conseil Eugène Perma. La raison ? Des facteurs génétiques qui empêchent le corps de synthétiser les pigments qui colorent les cheveux. Certaines maladies ou traitements médicamenteux peuvent aussi accélérer ce blanchiment des cheveux. Les scientifiques ont cependant du mal à comprendre le phénomène, et notamment l'influence du stress ou de la pollution.

« Quand on découvre ses premiers cheveux blancs, la réaction est souvent extrême. Soit on veut absolument les cacher, explique Sylver Boll, directeur artistique de Schwarzkopf soit, au contraire, on décide de les arborer fièrement et d'en prendre soin. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne réagit pas de la même façon à 25 ans et à 60 ans ! ».

« En vieillissant, mieux vaut éclaircir sa chevelure, recommande Sylver Boll. Car avec le temps, le visage à tendance à se durcir, les cheveux blancs viennent adoucir les traits. » Ce n'est pas comme à 30 ans, où l'on peut jouer avec la coloration pour couvrir ses cheveux blancs, en se faisant une teinte tendance, un peu comme un accessoire de mode. Un châtain foncé aura donc intérêt à tendre vers le marron, le marron cuivré, ou le marron clair suivant la carnation du visage. Alors qu'un blond peut aller vers un blond cendré. Celui-ci neutralise les éventuels reflets jaunes, estompe les racines apparentes et ne nécessite pas trop d'entretien.
Des premiers cheveux blancs à camoufler

« Tout dépend où ils sont situés et de la couleur d'origine », constate Sylver Boll. Si ce sont quelques fils perdus dans la masse, on les voit peu. Mais si ce sont des mèches entières, s'ils sont sur la partie frontale, on préfère souvent les cacher. Quelques cheveux blancs peuvent être jolis sur une chevelure blond cendré. En revanche, avec des cheveux foncés, c'est parfois moins facile à assumer. »

La toute première fois, prenez rendez-vous chez un coiffeur, dont les conseils et le coup de main vous aideront à comprendre ce qui vous convient en terme de couleur et d'application. Ensuite, vous pouvez opter pour les produits à la maison, en choisissant les colorations mousse (sans ammoniaque), plus simples à appliquer les premières fois. Jusqu'à 30 voire 50 % de cheveux blancs, la coloration ton sur ton (de votre couleur ou une autre) peut faire l'affaire. Mais pour faire totalement et durablement disparaître vos cheveux blancs ou changer de couleur (éclaircir ou foncer), il sera nécessaire de recourir à une coloration permanente.

Si vous êtes blonde ou châtain clair, vos premiers cheveux blancs se voient à peine. Dans ce cas, « un balayage peut suffire, explique Sylver Boll. On ne couvre pas les cheveux blancs mais on les rend moins visibles, car ils se mêlent aux autres. »

Si vous êtes foncée, un shampooing repigmentant peut faire l'affaire, mais doit être renouvelé quasiment à chaque fois que vous vous lavez les cheveux. On peut commencer par une coloration fugace, qui s'estompe en quelques shampooings. Cela permet de voir l'effet produit par la coloration.

Si vous avez moins de 30 % de cheveux blancs, la meilleure solution reste la coloration ton sur ton. Il s'agit d'un dépôt de pigments de synthèse, mais également des oxydants, qu'on choisit proche de sa couleur de base, qui couvre les cheveux blancs en transparence. « Si on le fait chez soi, on la choisit un demi ton plus foncé que sa couleur naturelle pour mieux couvrir et compenser la légèreté du produit », explique Barbara Wuillot. La coloration se patine et s'estompe en deux, trois mois sans effet de racines. Seule limite, on ne peut pas éclaircir sa chevelure.

La coloration naturelle est aussi possible. Les colorants sont à base de plantes tinctoriales, qui apportent des reflets en transparence et de la lumière. Mais pas de possibilité d'éclaircissement.

Envie d'assumer son « poivre et sel »

Si vous êtes brune, pas de problème ! Le brun possède naturellement un reflet argenté. Il suffit alors d'un shampooing argent ou d'un soin déjaunissant pour griser un peu la chevelure et maintenir un joli « poivre et sel », façon George Clooney.

Si vous êtes blonde, cela nécessite d'avantage d'entretien. Car il faut procéder en deux temps : en fonçant légèrement la base et en éclaircissant un peu les cheveux blancs, qui tendent à jaunir.

Si vous avez commencé la coloration et que vous préférez finalement arrêter : « Il faut patienter deux mois, le temps qu'ils poussent un peu, explique Sylver Boll. En regardant les racines, le coiffeur verra si les cheveux blancs sont harmonieusement répartis. »

Côté style, le gris est plutôt réservé aux cheveux épais, avec une coupe moderne, courte ou effilée. Mieux vaut éviter ce qui vieillit : les cheveux longs sans réelle coupe et les chignons, trop « grand-mère ». On peut paraître plus jeune avec des cheveux blancs qu'avec une coloration, à condition de bien les porter ! Il faut donc avoir une bonne coupe de cheveux, très moderne, poursuit le coiffeur. Et plutôt un teint mat ou une peau très blanche, avertit Barbara Wuillot. Mais attention, car cela accentue la visibilité de rougeurs ou de couperose sur le visage.

Pour les entretenir, on adopte les shampooings déjaunissants à reflets bleutés ou argentés. Car le cheveu blanc a tendance à s'oxyder à l'air et devient terne, voire jaune ou vert. Chez le coiffeur, il existe aussi des « services techniques nuanceurs », c'est-à-dire des soins qui apportent des reflets acier ou ardoise, plutôt que les violet irisé ou bleu de nos grand-mères. Attention à la cigarette qui les jaunit et à l'eau chlorée de la piscine qui les verdit. Enfin, comme les cheveux blancs sont déminéralisés, donc plus rêches, il est indispensable de leur apporter régulièrement des soins nourrissants.

Besoin de cacher tous ses cheveux blancs

Si vous avez plus de 50 % de cheveux blancs, vous devez passer à la coloration permanente. Celle technique, dite d'oxydation, intègre des pigments de synthèse et des oxydants en concentration plus importante, afin de faire pénétrer les pigments plus en profondeur. Résultat, une couleur sur mesure, une couverture des cheveux blancs à 100 % et une tenue parfaite. Seul bémol de cette technique, la repousse qui crée un effet de racines, c'est-à-dire une différence de couleur entre les cheveux colorés et ceux qui ne le sont pas. Il existe aussi des colorations faciles à utiliser soi-même à la maison.

Certaines colorations permanentes sont désormais sous forme de mousse, que l'on applique exactement comme un shampooing. Résultat, pas de coulures, un parfum et une texture plus agréables. Si les cheveux sont normaux, on ne s'en prive pas. Les plus récentes, où les huiles végétales remplacent l'ammoniaque, évitent les désagréments (odeur, effet décapant). De plus, leur formule huileuse apporte beaucoup de soin à la chevelure. Idéal pour éviter que les longueurs ne se dessèchent et ne deviennent poreuses à la longue.

Si vous n'êtes pas encore entièrement blanche, les colorations sans ammoniaque (moins agressives) conviennent. Elles ont l'avantage d'apporter un effet glossy (brillant) sur la zone des cheveux blancs.

S'il vous faut une couverture à 100 %, ou si vous avez des cheveux très épais, pas d'autre choix qu'une coloration avec de l'ammoniaque, plus agressive, certes, mais aussi plus efficace. « Plus le cheveu est gros et résistant, explique Sylver Boll, plus il doit être « gorgé » avec la base de coloration pour que les pigments imprègnent bien la chevelure ».

Sur des cheveux entièrement blancs, une coloration intégrale de la chevelure avec une seule teinte s'impose. Choisissez pour cela une nuance d'un ton inférieur à votre ancienne couleur naturelle. Le résultat sera plus harmonieux, sans différence de couleur notable aux racines.

Si vous souhaitez ajouter des reflets à votre couleur, faites-le dans un second temps, sur la base obtenue avec la coloration.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



avatar
victor
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 5111
Emploi/loisirs : Retraité

http://papyforum.xooit.be/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum