Chez Papy II
Bienvenue sur le forum.
Enrégistrez-vous pour pouvoir accéder aux parties cachées aux visiteurs.

attentat à charlie hebdo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

attentat à charlie hebdo

Message par victor le Jeu 8 Jan 2015 - 15:30

attentat a Charlie hebdo
Un attentat perpétré à Paris dans les locaux de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo par deux hommes cagoulés et lourdement armés a fait au moins 12 morts, ce matin, bilan le plus meurtrier d'un attentat depuis plus de 50 ans en France. Deux frères sont activement recherchés par les autorités.
03h30 - Un appel à témoins avec les photos des deux frères recherchés dans l'enquête sur l'attentat contre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a été diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi par la police. Ces personnes, Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, sont "susceptibles d'être armées et dangereuses", prévient la préfecture de police de Paris, précisant qu'ils "font l'objet de mandats de recherche". "Toute personne détenant des informations" sur les suspects est invitée à joindre le numéro vert 0805 02 17 17

Les trois individus recherchés par les services de renseignement [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ont été identifiés, a confirmé à 20 Minutes une source au sein du renseignement intérieur, après que des noms ont été dévoilés sur Twitter. Désormais, les policiers cherchent non plus des visages cagoulés mais des identités. Il s‘agit de trois hommes dont deux membres de la même famille âgés de 34 et 32 ans. L’un d’entre eux a déjà été remarqué dans une filière irakienne du 19e arrondissement de Paris. Le troisième est âgé de 18 ans et serait Rémois mais sans domicile déclaré.


L’élite antiterroriste française est lancée à leurs trousses depuis le massacre à Charlie Hebdo, ce mercredi matin vers 11h30. Le parquet antiterroriste de Paris a déclenché sa cellule de crise, déjà mise en place lors de l’affaire Merah et lors du démantèlement d’une filière syrienne à Torcy. Une vingtaine de magistrats sont désormais mobilisables 24h/24 et 7j/7, «le temps qu’il faudra», a précisé à 20 Minutes une source judiciaire. Concrètement, des magistrats de permanence pourront se rendre dans des commissariats et «assister aux autopsies» afin de faire avancer l’enquête.


Les investigations sont confiées à trois services. La section antiterroriste de la brigade criminelle, la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la sous-direction antiterroriste de la direction centrale de la police judiciaire. Autrement dit, ce qui se fait de mieux en matière de renseignement intérieur. Les policiers ont déjà commencé le travail. Ils ont investi deux appartements dans l’après-midi, l’un à Pantin (Seine-Saint-Denis), l’autre à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) avec le concours de l’antigang, rapporte Le Parisien. Il pourrait s’agir d’une «planque», a rapporté une source policière.



avatar
victor
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 5111
Emploi/loisirs : Retraité

http://papyforum.xooit.be/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat à charlie hebdo

Message par victor le Jeu 8 Jan 2015 - 15:31

«Barbarie», «Guerre contre la liberté», «Chantage répugnant». Le choc ressenti après le sanglant attentat contre le journal satirique français Charlie Hebdo transparaît jeudi à la une des journaux en France et en Europe, dont certains se sont couverts de noir.












Un crayon contre des armes

En Belgique, le journal économique L’Echo titre «Tous des Charlie» sur fond noir, au centre de sa une, qui reproduit 17 unes de Charlie Hebdo. Son jumeau néerlandophone De Tijd, plus sobre, présente une première page presque entièrement noire avec les mots «Je suis Charlie», en français.

Toute la une du quotidien néerlandophone De Morgen est occupée par un dessin représentant en rouge sur fond blanc un terroriste brandissant une Kalachnikov et qui s’exclame «Ils sont armés !» face à un personnage hors champ armé d’un simple crayon.

L’éditorialiste de La Libre Belgique, Francis Van de Woestyne, estime que «cette attaque est, dans son impact, sa violence, aussi importante que celle qui a frappé New York le 11 septembre 2001. Demain, dans huit jours, dans un mois, d’autres terroristes frapperont. Au nom d’un dieu, d’un prophète dont ils tordent le message».

« Guerre contre la liberté »

Dans la presse britannique, le Daily Mail et le Daily Telegraph titrent tous les deux en une «La guerre contre la liberté», avec une photo de l’attentat montrant deux agresseurs pointant leurs armes contre un policier gisant sur le sol.

Dans la même veine, le Times titre en une «Attaque contre la liberté» et le Guardian «Assaut contre la démocratie». Le Guardian relève dans son éditorial que les journalistes de Charlie Hebdo, qui se sont toujours moqués du christianisme, «n’ont jamais vu de raison particulière de montrer plus de déférence vis-à-vis d’autres religions».

« Ne pas reculer »

«L’attaque contre les journalistes de Charlie Hebdo cible le coeur de la démocratie — la liberté de la presse», écrit sur son site internet le quotidien conservateur allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), estimant que, dans la lutte contre le terrorisme, «il ne faut pas reculer». «Oui, d’une certaine façon, c’est un combat de civilisations», affirme encore le journal, qui appelle toutefois à «garder la tête froide».

«Nous ne devons pas nous laisser réduire au silence par le massacre perpétré à Charlie Hebdo», estime sur son site le Tagespiegel.

« Ich bin Charlie »

«Je suis (ich bin) Charlie !», clame sur son site internet le Tageszeitung (gauche). «Le but des terroristes est toujours de répandre la peur et l’effroi. Avec l’attaque de mercredi, la peur s’est désormais installée dans les rédactions», estime le quotidien.

«L’Europe n’a pas peur», titre de son côté l’édition en ligne du grand hebdomadaire portugais Expresso, soulignant que des milliers d’Européens sont descendus dans la rue «pour la liberté d’expression, contre la barbarie du terrorisme».

«Il ne faut pas céder au chantage répugnant de la terreur. Et transformer leur haine en défaite», écrit le journal de référence Publico dans un éditorial intitulé «Combattre la haine, défendre la liberté».

« Ne pas se tromper de remède »

En Espagne, un éditorial publié sur le site internet de la radio Cadena Ser énonce que «les caricatures ne sont coupables de rien, ni les blagues, ni le dernier livre de (l’écrivain français Michel) Houellebecq qui pronostique une France islamiste en 2022. Non, ne nous trompons pas de remède: la solution n’est pas de mutiler les libertés, mais de combattre le fanatisme, la haine irrationnelle, l’obscurantisme et l’ignorance».

Le journal danois Berlingske affiche en une un dessin représentant une feuille de papier blanche sur laquelle «Charlie Hebdo» est écrit en noir, entouré des impacts de 12 balles, en référence aux 12 morts.

En-dessous, un texte affirme que «la démocratie et la liberté d’expression ne doivent pas et ne devraient pas être étouffées». «Toutefois, il est évident que pour beaucoup la conclusion évidente sera de garder profil bas, de se couvrir et d’éviter de provoquer de fortes émotions. Mais nous ne devrions pas nous cacher, parce qu’alors nous céderions à une culture de menaces inacceptable», poursuit le journal.

« Rien de sacré »

«Le prophète vengé dans le sang», titre le quotidien conservateur polonais Rzeczpospolita, expliquant que «l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo est tombé victime de la guerre déclarée à la France par les islamistes».

Le journal internet Gazeta.pl, du groupe du premier quotidien polonais Gazeta Wyborcza (centre gauche), publie 13 «couvertures les plus frappantes de Charlie Hebdo» — dont plusieurs visant le pape, avec ce commentaire: «Ils n’épargnaient personne, rien n’était sacré pour eux.»

L’organisation de défense de la liberté de la presse, basée en France, Reporters sans frontières, avait lancé dans un communiqué mercredi «un appel international à tous les directeurs de médias pour qu’ils publient dès demain (jeudi) les dessins du magazine endeuillé».

«La liberté de l’information ne saurait s’effacer face à la barbarie et céder au chantage de ceux qui pourfendent notre démocratie et nos valeurs républicaines», est-il ajouté dans le communiqué de RSF.
Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



avatar
victor
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 5111
Emploi/loisirs : Retraité

http://papyforum.xooit.be/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat à charlie hebdo

Message par victor le Jeu 8 Jan 2015 - 15:31

Deux frères, dont un jihadiste connu des services antiterroristes, sont activement recherchés jeudi par la police. Un troisième homme a été placé en garde, tout comme sept autres personnes, proches des deux frères, comme l’a confirmé Manuel Valls.


L’attaque à la kalachnikov en plein coeur de Paris contre le journal satirique a fait douze morts, dont les dessinateurs Cabu et Wolinski, et onze blessés dont quatre graves, soulevant une grande vague d’émotion dans le pays.

La police a diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi les photos de Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans.

Chérif Kouachi est un jihadiste bien connu des services antiterroristes français, condamné une première fois en 2008 pour avoir participé à une filière d’envoi de combattants en Irak.

Jugé et condamné en 2008

Né en novembre 1982 dans le Xe arrondissement de Paris, de nationalité française, surnommé Abou Issen, Chérif Kouachi a fait partie de ce qui a été appelé «la filière des Buttes-Chaumont», qui visait, sous l’autorité de «l’émir» Farid Benyettou, à envoyer des jihadistes rejoindre en Irak les rangs de la branche irakienne d’Al-Qaïda, dirigée à l’époque par Abou Moussab al Zarkaoui. Interpellé juste avant de s’envoler à destination de la Syrie, puis de l’Irak, il a été jugé en 2008 et condamné à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis.

..


Deux ans plus tard, son nom a été cité dans le projet de tentative de faire évader de prison l’islamiste Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien membre du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné en 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir commis l’attentat à la station RER Musée d’Orsay en octobre 1995 à Paris (30 blessés).

Chérif Kouachi était notamment soupçonné d’être proche de Djamel Beghal, une autre figure de l’islam radical français, qui a purgé dix ans de prison pour la préparation d’attentats, avec lequel il était soupçonné d’avoir participé à des entraînements.



Après avoir été mis en examen dans cette affaire, il a toutefois bénéficié d’un non-lieu.

Armé et dangereux

Crâne rasé et ovale, bouc clairsemé sur la photographie diffusée par la police, Chérif Kouachi est susceptible d’être «armé et dangereux», tout comme son frère Said, né en septembre 1980 également dans le Xe arrondissement parisien. Ce dernier, lui aussi de nationalité française, apparaît sur l’appel à témoins les yeux marrons, de courts cheveux bruns et un collier de barbe peu fourni.

Les deux frères sont soupçonnés d’être les auteurs de la tuerie à Charlie Hebdo, qui a fait douze morts mercredi en fin de matinée. La carte d’identité d’un des deux hommes avait été retrouvée dans la voiture abandonnée porte de Pantin.


Dans un premier avis de recherche diffusé en début de soirée auprès des forces de l’ordre figurait le nom d’un troisième suspect, Mourad Hamyd, 18 ans. Ce dernier est le beau-frère de Chérif Kouachi. Il était soupçonné d’avoir aidé les tireurs. Un témoin avait fait état de la présence d’un troisième complice dans la voiture au moment de la fuite.


Il s’est rendu mercredi en fin de soirée à la police à Charleville-Mézières, dans les Ardennes, «après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux», a expliqué à l’AFP une source proche du dossier.

A l’école au moment des faits ?

Des internautes se présentant comme ses camarades de classe avaient auparavant affirmé sur Twitter que Mourad Hamyd était en cours avec eux au lycée au moment de l’attaque, utilisant le mot-clé [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

Plusieurs gardes à vue

Mourad Hamyd, 18 ans, le plus jeune des trois hommes visés par un avis de recherche lancé mercredi auprès des forces de l’ordre, s’est lui rendu dans la soirée au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes) et a été placé en garde à vue, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier. Soupçonné d’avoir aidé les deux tireurs, ce jeune, beau-frère de Chérif Kouachi, s’est rendu «après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux», a expliqué à l’AFP une source proche du dossier. Selon une autre source proche du dossier «plusieurs gardes à vue» étaient par ailleurs en cours «dans l’entourage» des frères Kouachi, a confirmé Manuel Valls.


Des opérations d’envergure ont été menées mercredi soir à Reims et Charleville-Mézières, impliquant des policiers d’élite du Raid. D’après une source proche du dossier, il s’agissait avant tout de «perquisitions et de vérifications» de lieux rattachés aux suspects.

Les enquêteurs avaient préalablement mené des perquisitions dans plusieurs villes: Strasbourg mais aussi Pantin ou Gennevilliers en région parisienne.

Deuil national

«La France est aujourd’hui devant un choc», le choc «d’un attentat terroriste», a déclaré François Hollande. Dans une allocution solennelle, il a ensuite décrété une journée de deuil national jeudi, avec une minute de silence dans les services publics et les écoles à midi. La cathédrale Notre-Dame sonnera le glas au même moment. Les drapeaux seront en berne pendant trois jours. «C’est la République toute entière qui a été agressée», a lancé le chef de l’Etat, «la République, c’est la liberté d’expres​sion(...), la culture, la création, le pluralisme».


Charb, Wolinski, Cabu, Tignous et Honoré, figures historiques de «Charlie», connus pour leurs dessins irrévérencieux, ont été tués, ainsi que le chroniqueur Bernard Maris.

Menaces constantes

L’hebdomadaire était visé par des menaces constantes et faisait l’objet d’une protection policière depuis la publication de caricatures de Mahomet fin 2011. Le siège du journal avait été détruit dans un incendie criminel à cette époque.

Selon un survivant, les agresseurs, cagoulés et vêtus de noir, ont fait irruption vers 11H30 en pleine conférence de rédaction et crié: «Nous avons vengé le prophète!» et «Allah akbar».

Deux policiers ont été tués. L’un d’entre eux assurait la protection de Charb. L’autre, blessé et à terre, a été tué à bout portant par l’un des assaillants lors de sa fuite, criant «On a tué Charlie Hebdo», selon une vidéo amateur authentifiée par les enquêteurs.


Le procureur de Paris François Molins a évoqué «au moins deux assaillants», affirmant qu’un témoin avait constaté la présence d’un troisième complice dans leur voiture en fuite.

Des tirs ont été échangés avec les forces de l’ordre. Les assaillants ont ensuite pris la fuite en voiture et braqué un automobiliste avant de semer les policiers à leur poursuite.

« La religion c’est de la merde »

Le plan Vigipirate a été relevé au niveau le plus élevé en Ile-de-France et les sorties scolaires suspendues. Selon l’Intérieur, près de 500 CRS et gendarmes mobiles sont en renfort dans la capitale.


Largement plus de 100.000 personnes se sont rassemblées mercredi soir dans plusieurs villes de France, notamment Paris, Rennes et Lyon, tout comme dans des capitales européennes. «Les religions, c’est de la merde. Charlie, c’est le droit de penser ça», a lancé à Paris Béatrice Cano, la cinquantaine, le dernier numéro de l’hebdomadaire à la main.

Les réactions ulcérées se sont multipliées dans le monde. Le secrétaire d’État John Kerry a assuré, en français, que «les Parisiens et tous les Français» avaient le soutien des Américains. Le Conseil de sécurité de l’ONU a dénoncé un attentat «lâche et barbare», Angela Merkel le qualifiant d’«abominable».

« Je suis Charlie »

Des centaines de milliers d’internautes ont exprimé leur émotion derrière le hashtag [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

La France est militairement engagée sur plusieurs terrains contre des groupes militaires jihadistes, notamment dans la zone sahélo-saharienne. Des avions français participent aussi aux bombardements en Irak contre le groupe État islamique (EI).


Les services de sécurité français redoutent que des jihadistes partis en Syrie et en Irak, au nombre d’un millier déjà, commettent des attentats à leur retour en France.
Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



avatar
victor
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 5111
Emploi/loisirs : Retraité

http://papyforum.xooit.be/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat à charlie hebdo

Message par victor le Jeu 8 Jan 2015 - 15:32

Les dessinateurs Cabu, Wolinski, Tignous et Charb sont les victimes emblématiques de l’attentat contre Charlie Hebdo, mercredi. Mais d’autres personnes ont aussi péri sous les balles des terroristes. Deux policiers, un correcteur, un médecin et un responsable de l’entretien ainsi que d’autres journalistes ont laissé leur vie.


Un autre dessinateur est décédé, Philippe Honoré. Lui aussi dessinateur, sa mort a été annoncé quelques heures après celles de ses collègues.

Bernard Maris, qui signait « Oncle Bernard », était un économiste qui collaborait à plusieurs journaux. Il avait été rédacteur en chef-adjoint de Charlie Hebdo.

Michel Renaud, ancien directeur de cabinet du maire de Clermont-Ferrand, fait partie des victimes. Il était venu mercredi chez Charlie Hebdo pour rencontrer le dessinateur Cabu et lui rendre des dessins prêtés.

Un correcteur est également décédé, Mustapha Ourad.

Deux policiers ont été abattus : Franck Brinsolaro et Ahmed Merabet.


Autre victime : Frédéric Boisseau, responsable de l’entretien.

Enfin, un psychiatre de passage : Elsa Cayat.




Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



avatar
victor
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 5111
Emploi/loisirs : Retraité

http://papyforum.xooit.be/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat à charlie hebdo

Message par victor le Jeu 8 Jan 2015 - 15:34




avatar
victor
Fondateur
Fondateur

Nombre de messages : 5111
Emploi/loisirs : Retraité

http://papyforum.xooit.be/

Revenir en haut Aller en bas

Re: attentat à charlie hebdo

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum